Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 11-12-2007 15:19:23

peterslyon
Membre

LE COIN DES ANCIENS

evoquez vos souvenirs...les stages en italie, denise gouarne ,ses petits sandswichs et ses lunettes,les colères froides terribles de Veyron-Lacroix ,les cours religieux  et si précieux d 'isabelle Nef ,la belle histoire de Gerlin et Sauguet , la création de la suite Royale "elle". puyana,fantastique en robe de chambre, rue de grenelle,balanche et le donzelague,le 18 avenue de saxe ( orange ou pamplemousse ? sous le portrait de wanda),nos dernieres visite a saint Leu ,le clavecin vertical de colette orsolani,l épopée des clavecins lericq,jeanne de  messieux a saint eustache sur un pleyel plus que mort,les dimanches aprem chez ricaumont avec un asseman, la messe de couperin a st nicolas pour denise restout sur un lindholm ...du soda sur la scene de psyché a aix pour que les danseurs de malgoire  ne se cassent pas la gueule,cesar geoffray,sur un gaveau a 2 claviers, chante atys et bellerophon  en 1970 ! de la premiere a la derniére note  et nous explique sa vénération pour lully,etc etc etc...,allez  , c'est notre patrimoine.

Dernière modification par peterslyon (11-12-2007 16:15:54)

Hors ligne

#2 11-12-2007 20:51:25

Jean-Pierre
Membre

Re : LE COIN DES ANCIENS

Désolé, mais à cette époque je n'étais pas encore "né" au clavecin !!!!!!! Donc, aucun souvenir d'ancien !


"Riccho son d'oro et riccho son di suono, non mi sonar si tu non ha del buono"

Hors ligne

#3 15-12-2007 00:37:49

Michel Louet
Membre

Re : LE COIN DES ANCIENS

Notre patrimoine ne sentait-il pas un peu beaucoup la naphtaline dans ces années 1960-70?

Quand en France, on jouait encore sur des Pleyel, Neupert  et autres De Blaise, quand les élèves de clavecin de notre  école française de l'époque, peu nombreux il est vrai, ne connaissaient que ces "monstres":

A  Bruxelles les Kuijken fondaient l'ensemble Alarius; Jaap Schröder, Frans Bruggen, A.Bylsma et G.Leonhardt fondaient le Quadro Amsterdam, Gustav Leonhardt enregistrait en 1962 Froberger sur un Ruckers 1640 , Kenneth Gilbert entreprenait l'intégrale Couperin sur un clavecin de F. Hubbard d'après l'école française du XVIIIème siècle...En Italie il y avait L.Tagliavini qui jouait des clavecins italiens des XVII et XVIIIèmes siècles, en Autriche il y avait H.Tachezi;  à Bâle, la Schola Cantorum ...
En France A.Geoffroy Dechaume passait pour un illuminé....Un peu avant, Paul Brunold organiste de St Gervais à Paris, jouait F.Couperin sur un Blanchet Taskin en 1920 !!!!! Et que dire d' A.Dolmetsch en Angleterre à la fin du XIX ème??...

Je garde encore le souvenir du 1er CA de flûte à bec en 1982 ou 1983, où nous, pauvres clavecinistes-accompagnateurs avons dû refuser pendant plus d'une demi-journée de jouer sur ces "clavecins -canada-dry" , Neupert ou Ammer !!! (je n'avais même pas eu l'envie de vérifier tellement nous étions en colère) : "il y en a un à 440 et un à 415,  de quoi vous plaignez-vous ?" nous disait l'inspecteur qui présidait le jury. Devant nos protestations véhémentes, c'était la grève des clavecinistes, nous eûmes enfin  un vrai clavecin.

Eh oui c'était encore comme cela au début des années 1980 dans notre belle France, patrie des Denis, Jacquet, Thibault, Baillon, Zenti, Labrèche, Dumont, Blanchet, Desruisseaux, Donzelague, Belot, Goujon, Stehlin, Goermans, Bas, Colesse, Kroll, Stiernemann, Hemsch et Taskin et d'autres encore; quelques-uns d'entre-eux étaient d'ailleurs des immigrés de la 1ère et 2ème génération qu'on ne menaçait pas encore d'expulsion...

Certains vieux souvenirs de boîtes à clous ne méritent peut-être pas qu'on s'y attarde autant, non ??? ou bien alors, créons une rubrique du "piano à cordes pincées ou à punaises sur les feutres de marteaux".

Dernière modification par Michel Louet (15-12-2007 15:38:13)

Hors ligne

Pied de page des forums