Vous n'êtes pas identifié(e).

#1 Instruments » caisse de transport de clavecin à donner » 02-06-2019 19:15:14

Elisabeth
Réponses : 0

Caisse de transport de clavecin, longueur: 2m, largeur clavier: 0,82m. Forme clavecin, sans courbe . A été faite pour un petit clavecin italien d'E.Jobin.
En région parisienne.
A donner
06 10 77 83 71

#2 Annonce de concerts » Récital de clavecin Noelle Spieth près de Provins » 24-06-2013 12:01:31

Elisabeth
Réponses : 0

"Les Orgues de Provins" Eglise de Les Marets
vendredi 28 juin - 20H30
Le Clavecin de Louis XIV - Le premier âge d'or du clavecin français.
Louis Couperin, J.H.d'Anglebert, J.N.Geoffroy, E. Jacquet de la Guerre

#3 Re : Le coin des professeurs » Improvisation et enseignement » 06-08-2012 10:14:07

Thomas Yvrard enseigne l'improvisation dans le cadre du Pspbb (Pôle supérieur Paris Boulogne Billancourt), et Christophe Mantoux, professeur d'orgue, enseigne aussi cette discipline tous claviers confondus au CRR Paris.

#4 Re : Divers » livre » 03-07-2010 09:49:58

Les exemples de doigtés de l'entourage de Bach en particulier sont extrèmement intéressant et recommandés (premières versions de quelques préludes et fugues en particulier): substitutions très rares, 2 fois le même doigt à des endroits d'articulation etc...

#5 Re : Divers » livre » 03-07-2010 09:45:45

Noelle Spieth a enregistré Sweelinck, Weckmann et François Couperin en utilisant des doigtés anciens, et tous ses élèves les travaillent au cours de leurs études. Il n'y a pas besoin d'avoir travaillé dans "le Nord", on peut aussi réfléchir par soi-même!

#6 Re : Divers » Nouveau et en plus besoin d'aide. » 27-05-2010 22:49:36

Si vous voulez regarder de la belle danse baroque ("belle dance") vous pouvez aller sur un site de la compagnie "l'Eventail" de Marie-Geneviève Massé. Sinon il y a un peu n'importe quoi, et les vidéos que vous avez ne sont pas très représentatives. Les chorégraphies baroques sont la plupart du temps solistes et très complexes.

#7 Re : Le coin des professeurs » la pédagogie » 22-09-2009 23:41:11

Hé bien, dites-moi! On commence par supprimer l'éducation nationale et les conservatoires (surtout au niveau supérieur si j'ai bien compris) et maintenant on en est à contester la démocratie!!
J'intervient juste pour qu'un curieux "de passage"ne pense pas que l'amour du clavecin mène nécessairement à la nostalgie de la monarchie absolue de droit divin!!
Ah Louis XIV, le bon veiux temps! Comme disait la bonne Madame de Sévigné le 30 octobre 1675 de sa province bretonne, après une rebellion:" On a pris soixante bourgeois; on commence demain à pendre. Cette province est un bel exemple pour les autres et surtout de respecter les gouverneurs..."
Et qu'est qu'il préconise Louis Couperin comme régime politique?? Une bonne dictature???
On s'éloigne sans doute, et dans une vraiment mauvaise direction du propos initial!!

#8 Re : Le coin des professeurs » la pédagogie » 31-08-2009 18:25:05

On peut proposer la fermeture de l'Education Nationale! Il y aurait ceux qui apprennent à lire tout seul et les autres. Les "doués" à la naissance et les autres. Et qui dit doué suppose doué par une intervention divine. les voies du Seigneur sont impénétrables et Il choisi, dans Sa Grande Sagesse, dès la conception bien sûr (laissez-les vivre) ceux qui deviendront bons clavecinistes.
Pas au hasard bien sûr.
Dieu a crée pour Gustav Leonhardt les domestiques qui parlaient Français, les voitures de sport, les jolies sopranes...Gloire au Tout Puissant!
Un grand merci à Monsieur Louis Couperin de nous rappeller régulièrement que si G.Leonhardt est un grand claveciniste, il a par contre les conceptions sociales rétrogrades de son milieu de naissance. Nul n'est parfait, heureusement!

#9 Re : Divers » un facteur français et son ancien partenaire USA » 30-05-2009 10:12:01

Je voudrais juste ajouter à cette discussion intéressante le fait que si le renouveau de la facture historique est bien venue des Etats-Unis (grâce à l'impasse crée par Pleyel/Landowska...on ne va pas revenir là-dessus...) cette facture a largement imposé un type de clavecin: le clavecin français XVIIIème à 2 claviers. Bien sûr les choses ont évolué, mais je suis d'accord avec Federico: les Européens, après avoir considéré aussi ce type de clavecin comme le plus beau, le plus abouti ou le plus "normal", ont rapidement pris goût à d'autres factures, proposées par des facteurs curieux et très éloignés de l'idée de standard (Emile Jobin par exemple)

#10 Re : Divers » Hommage à Scott Ross pour les 20 ans de sa disparition. » 27-04-2009 23:34:35

Quel monument, cet hommage...Comment dire? on peut avoir le droit de ne pas adhérer à cette adulation.
Exemples de quelques bémols (comme on dit):
- tout le monde n'était pas sensible aux charmes de Scott Roos si bien décrits. Je suis allée à un concert Rameau, dans la salle de l'ancien conservatoire à Paris, et n'ai été séduite ni par la dégaine très étudiée (j'ai juste eu l'impresion de me faire cracher dessus) ni par l'expression (le manque d'expression?) artistique. La réalité est vue diversement par chacun
- Ivan Alexandre (Diapason, discographie comparée de l'oeuvre pour clavecin de Rameau): "..peut-être Scott Ross fut-il surestimé...dans cette profusion sans profusion, ce théatre sans théatre. les doigts ne sont que science et grâce. ..faut-il renoncer à toute fraîcheur, à toute spontanéité, à tout enjeu? Sauvages tenus en laisse, Gavotte étirée sans esprit de danse...curieuse pénurie de générosité..."
- Lors d'une émission en direct de france-musique sur Couperin, après l'audition d'une pièce par Scott Ross, Renaud Machard (membre du fan club lui aussi)" Oui c'est vrai c'est décevant. mais Scott Roos a enregistré cette intégrale trop tôt. S'il avait pu la refaire ç'aurait été extraordinaire"
(Grandiose, non?)
- A l'époque de l'enregistrement des Scarlatti, co-produit par Radio-France, des sonates passaient tous les jours sur France-Musique à heure fixe. Un micro-trottoir à la sortie d'un cinéma "Non, ce film ne m'a pas plus. C'est aussi chiant que les Scarlatti sur France-Musique"
- Cours de formation pour candidats au CA sur les relations entre danse et musique baroque. Ecoute en aveugle de quelques enregistrements. Critiques acerbes et détaillées sur les menuets et courantes de Scott Ross complètement à côté de la question. La danse, ça ne suffit pas d'en parler dans un panégyrique. Après il faut des preuves.

Désolée.
Il jouait effectivement très proprement. A l'époque c'était assez nouveau, mais depuis on en a entendu beaucoup d'autres. Mon idée est qu'il était un jeune homme très doué, dont le personnage a séduit certains de ceux qui l'ont approché, et c'était un phénomène nouveau chez les clavecinistes. Allez dans les très bonnes classes de piano, elles sont pleines de jeunes gens très doués.
Et les souvenirs rapportés, dans le long texte ci-dessus, par ses élèves, ne me le rendent, qui plus est, pas plus sympatique.
Alors après le colloque Wanda Landovska (bien pire musicienne sur de pires clavecins), un week-end Scott Ross, non merci

#11 Re : Divers » Recherches musiciens Viole de gambe, théorbe et basse continuo » 10-03-2009 00:15:08

Prenez contact avec le Département de musique ancienne du Conservatoire Régional de Paris, il y a d'excellents gambistes, théorbistes et clavecinistes dans le niveau professionnel.
dma.ruedemadrid@gmail.com
Venez les écouter dans les programmes autour de Louis Couperin mercredi 18, 12h30 ou jeudi 19 et vendredi 20 à 19h30,  14 rue de Madrid  Paris 8ème

#12 Re : Divers » Louis Couperin » 09-01-2009 00:56:10

Du 18 au 21 mars prochain ont lieu aux CNR (CRR) de Paris et Boulogne-B. des concerts, conférences et master-class sur les préludes de Louis Couperin. On espère que vous serez intéressé par cet évènement. Il y a des détails sur le site du CNR de Paris, et si vous nous donnez votre adresse on peut vous envoyer le programme plus détaillé

#13 Re : Le coin des élèves » Choix difficile... » 28-09-2008 11:10:28

Bonjour tout le monde
Est-ce que les profs peuvent participer?
Je suis étonnée de constater que 3 ans après les premières questions d'orientation, personne ne parle des Pôles Supérieurs mis en place cette année, qui permettent d'obtenir une licence sans galérer entre le conservatoire et la fac, l'un ignorant l'autre. Au contraire, avec un cursus qui prévoit 7h en fac et 8 au conservatoire, les deux aspects sont pris en compte. Licence délivrée par l'université, et reconnue nationalement bien sûr, mais aussi au niveau européen dans les cadre des cycles LMD. Avec les possibilités d'échange Erasmus etc...
Enfin une "Licence de musicien"!
5 Pôles cette année (peut-être plus l'année prochaine): CNSM de Paris et Lyon, Toulouse, Paris-Boulogne, Poitiers
Renseignez-vous!

#14 Re : Divers » G.Leonhardt dans le Nouvel Obs. de cette semaine » 27-01-2008 23:33:53

Toujours et encore sur le "plaisir" du musicien concertiste.
Une phrase rapportée de Toscanini lors d'une de ses fameuses colères contre l'orchestre qu'il dirigeait "Musiciens je vous hais: vous avez détruit mon rêve".
Et que diriez-vous si vous étiez à la fois le chef et les musiciens? Il peut arriver que le musicien soliste s'accuse d'avoir détruit lui même son propre rève ...et même il me semble que ce devrait être toujours le cas. Sinon il n'y a plus ( ou il n'y a jamais eu) de rêve?

#15 Re : Cours » Emission de R. Machart sur Couperin » 21-01-2008 00:00:07

Est-ce qu'on doit nécessairement être contre les émissions comparatives d'enregistrements "en aveugle"? Est-ce qu'elles ne pourraient pas équilibrer les pratiques communes qui consistent souvent à encenser les "personnalités musicales" au détriments de ceux (ou celles) qu'on ne connait pas ou sur lesquel(lle)s on a des a priori? Je n'ai pas entendu cette émission, mais je suis un peu choquée du conservatisme de D. Ferran qui est scandalisé, semble-t-il par principe, qu'on puisse dire que Hantai, bien que connu, ait pu rater quelquechose. Evidemment il faudrait dans l'idéal que les critiques soient de bon niveau musical et humain...
Je sais que les comparaisons avec le sport sont très limitées, mais je suis toujours en admiration devant le monde du tennis, ou chacun remet ses titres en jeu à chaque match, et de grands champions se font battre par des petits nouveaux. Bon, les critères sont plus clairs, et en général ils gagnent beaucoup beaucoup d'argent!!
Le mépris et/ou les a priori peuvent se retrouver de toutes manières en amont: dans la sélection. Je ne sais pas qui a trouvé normal de ne pas sélectionner, parmis toutes ces "Folies", celles de Noelle Spieth. Son intégrale a reçu le grand prix de l'Académie Charles Cros, un Choc du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, des critiques très laudatives de Muse Baroque, International Record Review, Music and Vision, une critique importante dans Early Music...mais n'a pas eu l'honneur de figurer dans ce jeu de massacre. Il était semble-t-il de la plus grande importance par contre de passer Tharaud.
Est-ce que ce n'est pas encore plus choquant??

#16 Re : Divers » G.Leonhardt dans le Nouvel Obs. de cette semaine » 20-12-2007 01:08:57

Merci à Marie-Christine Anselm d'avoir élevé le débat. Effectivement, quand je disais "Y a-t-il un philosophe" je pensais à la vrai philosophie, celle qui s'apprend et se travaille. Pas à "la vie tout ça" à laquelle on pense tous de temps en temps. De la même façon, la question de la "révélation" de l'existence préexistente de la beauté en un élève me semble relever d'une foi. Pas celle dans ses élèves, ou dans sa pédagogie, mais celle en un Dieu, ou un quelconque ailleurs. Si le pédagogue révèle quelquechose de présent dans l'élève avant tout enseignement (fut-il celui de son propre environnement depuis sa naissance), donc pas "acquis",  et présent (donc à sa naissance) ailleurs que dans les gènes (je pense qu'on est d'accord là dessus) il faut bien que ça vienne de "quelquepart". Et donc bonjour les philosophes, Platon, le Dieu des monothéismes ou d'autres. Et la prédestination, et le protestantisme de Leonhardt...et un sérieux biais statistique avec les conditions sociales...
Et d'ailleurs l'idée que nous avons de la beauté me semble sérieusement dépendante de la société et de la culture dans laquelle on vit.
Il ne me semble toujours pas obscène de dire que le but de l'enseignement c'est d'enseigner (!) d'autant que ça n'est pas contradictoire avec le programme de Martial Morand. Dictionnaire Larousse: - enseigner: faire acquérir la connaissance ou la pratique -  enseignement: manière de transmettre des connaissances. Finalement je crois qu'on fait la même chose. La Révélation en moins. Et la "foi" qu'on peut enseigner la beauté, en plus.

La question de prendre ou non plaisir en jouant est très complexe. J'ai toujours trouvé que le "Paradoxe du comédien" était trop simpliste. Diderot a été choqué de constater que les comédiens qui le faisaient pleurer contrôlaient leur jeu, et ne pleuraient pas du tout. D'où il en a conclu qu'ils ne ressentaient rien. Un peu facile. Il est vrai que la Traviata qui fait pleurer tout une salle ne doit surtout pas pleurer elle même...puisqu'elle ne pourrait plus chanter...et donc plus faire pleurer.  Peut-être peut-on avancer que l'émotion se passe avant, dans les répétitions. Et génère un travail énorme ET CONSCIENT pour faire passer cette émotion. Il faut pouvoir refaire ce qu'on a trouvé juste. Et effectivemment, au moment du concert, on a beaucoup de chose à penser. Le musicien est en même temps dans ce qu'il joue, en temps réel, et dans la suite de la phrase, qu'il a dans son oreille, en avance, et dans la construction de la pièce, et le contrôle de la précision et du son...(et de la justesse pour les malheureux qui n'accordent pas une fois pour toutes avant le concert)  etc...dans le cas simple où il(elle) est tout(e) seul(e). Dans une musique de chambre un peu complexe, d'autres choses s'ajoutent. La réaction de la salle est présente de façon peut-être diffuse. Sa propre émotion n'est pas une surprise, puisqu'il(elle) a travaillé dessus pendant des heures...
Quelqu'un d'autre a-t-il d'autres pistes pour cette "non émotion" au moment du concert? Ceci dit Carl Phillip Emmanuel Bach dit bien qu'il faut être soit même ému au moment où l'on joue. Triste quand on joue une pièce triste et gai dans le cas contraire. Et passer sans transition de l'un à l'autre. C'est parce que les deux attitudes sont présentes qu'on peut, suivant son esthétique, donner plus d'importance à l'une ou à l'autre.

Bon, finalement personne n'a d'explication convaincante comme quoi on pourrait bien jouer d'un mauvais clavecin.

#17 Re : Cours » William De Blaise:demande de renseignements » 08-12-2007 12:13:49

Mea culpa: Kirkpatrick parle de son merveilleux Neupert, et Wanda Landowska de ferraillement. Mille excuses...

Quant à la machine à écrire c'est un lieu commun, encore bien vivace et répandu chez tous ceux qui n'ont pas eu la chance d'entendre un beau clavecin joué par un bon claveciniste.

Pour ce qui est spécifiquement des Pleyel, on est bien d'accord que ce sont de très beaux instruments, belle facture, beaux meubles. Mais les postulats de départ sont faussés: idée "alla Viollet le Duc" que les instruments anciens c'était bien, mais qu'on allait faire mieux; pratiques reprises du piano moderne (dimensions du clavier, poids et conception de l'ensemble - clavier - caisse - sautereaux); interêt quasi exclusif pour les registrations en matière d'interprétation...j'en oublie certainement, les Pleyel ne sont pas ma spécialité. Je maintient que ces sonorités merveilleuses dont vous parlez sont anachroniques pour la musique baroque, que cette mécanique est incompatible avec une belle technique expressive et que cette facture s'est révélée une impasse. Pour certains comme pour moi, le Pleyel n'est pas un clavecin, mais un "clavecin Pleyel", qui est déja un instrument de musée. Tout comme chacun a le droit imprescriptible de jouer ce qu'il veut comme il le veut, des compositeurs pouront peut-être un jour se (re)prendre d'intérêt pour cet instrument. Ils auront juste un peu plus de mal à se faire jouer!

La question de savoir si on entend mieux un Pleyel qu'une (bonne) copie d'ancien en grand ensemble reste ouverte...le Pleyel que j'ai entendu dans cette situation (concerto de Poulenc), et le Ducornet employé assez récemment pour Falla prouvaient plutôt le contraire. Mais il y aura toujours quelqu'un pour dire que le Pleyel était mal réglé...et le Ducornet n'était pas l'instrument le plus subtil non plus. La question de savoir si un instrument est meilleur parce qu'il sonne plus fort n'a pas de solution simple non plus.

Du côté pédagogie, l'idéal est bien sûr d'avoir un bel instrument pour travailler, mais il y a, évidemment des contraintes financières . Si le petit élève ne peut pas avoir la chance d'une idée du son la plus belle possible, au moins faut-il veiller à ce que le clavier soit le plus léger possible. C'est possible avec un bon réglage sur la plupart des instruments "modernes" à un clavier.
"La belle éxécution dépend beaucoup plus de la souplesse et de la grande liberté des doigts que de la force"" Il faut surtout se rendre très délicat en clavier, et avoir toujours un instrument bien emplumé. Je comprends cependant qu'il y a des gens à qui cela peut être indifférent, parce qu'ils jouent également mal sur quelque instrument que ce soit" François Couperin
Pas très consensuel tout ça.

Suite dans un prochain numéro sur les conséquences négatives des options de la grande Wanda, opposée justement, merci Thomas Murach, à Dolmetsch etc...
Ou peut-être sur la pratique toujours active du "faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais"!

#18 Re : Cours » William De Blaise:demande de renseignements » 07-12-2007 19:17:35

Bon, allons-y dans le "manichéisme". A propos de Pleyel et autres. Depuis la "redécouverte" du clavecin et de la musique baroque (pour faire vite) des "progrès" ont été fait. Je sais qu'on ne peut pas parler de progrès en art, mais en connaissance historique oui. Et ces "progrès" dans la connaissance de la facture ancienne est allée de paire avec une évolution de la technique de jeu sur ces instruments, dans une coopération exemplaire entre facteurs et interprètes. La technique du clavecin s'est petit à petit dissociée de plus en plus de la technique de piano au fur et à mesure que les claviers s'allégeaient, que les mécaniques répondaient mieux, et que le son recherché évoluait. En ce qui concerne le son, on peut aimer les Pleyel ou les Neupert. Affaire de goût me dira-t-on. En ce qui concerne la technique, la main "comme morte" de Rameau, le feu d'artifice des ornementations françaises, le raffinement de l'expression du "texte sous jacent à toute musique baroque" comme dirait Leonhardt, par des articulations maitrisées sont impossible sur les claviers lourdingues des susdits instruments, ou sur des mécaniques tellement peu fiables qu'on en est réduit à sauver les meubles. 
Il y a souvent une grande homogénéité par époque: les Pleyels sont les instruments de Wanda Landowska. Il y a des photos merveilleuses de cette interprète en pleine action, les doigts articulés bien haut et un cinquième doigt sauvagement prêt à l'attaque. Cette conceptiion a été médiatisée comme on sait. Mon avis (je suis sûre de ne pas être toute seule) est que c'était une impasse, et que le vrai renouveau est venu d'une autre conception du clavecin, de la restauration, de la technique, de la musique...
Quelquepart, le Pleyel, et j'ai eu l'occasion d'en entendre, c'est tout ce contre quoi les clavecinistes se battent depuis une cinquantaine d'année, la fameuse machine à écrire. Le "cliquetis" vanté par Landowska, l'instrument sans expression qui enchante Kirkpatrick ...
Maintenant, qu'il y ait de mauvaises copies d'ancien, on est bien d'accord.

#19 Re : Divers » G.Leonhardt dans le Nouvel Obs. de cette semaine » 28-11-2007 00:02:29

Ah! Par quoi commencer...
La démocratie, tiens. Oui bien sûr, merci Mr Churchill, que Mr Leonhardt, et ceux qui gobent ses attitudes, nous confient par quoi ils voudraient la remplacer... Bon on ne va pas parler politique, ce n'est pas clavecinistiquement correct. Peut-être la démocratie rêvée par les idéalistes des Lumières a-t-elle été confisquée par les acteurs (et bénéficiaires) de l'actuelle marchandisation universelle. Peut-être peut-on, chacun, créer ou participer à des "niches écologiques" de relations humaines hors valeurs marchandes.

La beauté qui ne s'enseigne pas, qui est en chacun(e) et qu'il faut seulement révéler..Y a-t-il des philosophes dans l'avion? Là ce n'est plus de l'idéalisme c'est de la foi qu'il faut. Et elle viendrait d'où cette beauté? Certains musiciens comme G.Leonhardt n'ont jamais enseigné d'enfants. Chez les étudiants, chacun peut constater que certains sont plus renseignés, plus imaginatifs, plus assurés etc... que d'autres. Et évidemment il n'y a pas de réponse simple à la question de savoir pourquoi, mais on peut quand même la poser. Ou faire des statistiques sociologiques bêtes sur les lauréats de ce concours. Et aller jusqu'à penser que l'enseignement sert à enseigner et pas seulement à révéler. Mais il y a des effets de modes là aussi. Effets de mode qui, curieusement, finissent par rejoindre l'élitisme déclaré de Leonhardt.

J'aimerais revenir sur les "pistes" d'interprétation pour "se faire un nom". De la provoc? Peut-être, mais pas pour tout le monde, et surtout chez les baroqueux. Une petite citation de Kirkpatrick (en parlant de dinosaures) " Trop souvent l'authenticité historique peut être employée comme un moyen pour échapper à toute observance, potentiellement troublante, de valeurs esthétiques, et pour ne pas assumer de véritables responsabilités artistiques."
Il y a l'idéal d'émotion et d'expression que chacun imagine dans chaque pièce en fonction de sa personnalité et de sa culture, ça fait déja pas mal de "pistes". Quant à "se faire un nom" on sait que, là aussi, il y a pas mal de paramètres collatéraux.

Je reste perplexe sur le fait qu'on pourrait bien jouer un mauvais clavecin, mais pas un mauvais orgue. M'sieur Anselme a-t-il une lumière sur la question? Et tous les organistes-qui-sont-aussi-clavecinistes?

#20 Re : Divers » G.Leonhardt dans le Nouvel Obs. de cette semaine » 25-11-2007 00:00:54

Cet entretien avec Leonhardt est une vraie mine d'or pour sujets de discussion, d'accord ou pas d'accord. Est-ce vraiment la vraie vie??!
- a propos de sa maison pas un mot sur la politique de la ville d'Amsterdam qui loue ses belles maisons aux artistes
- "toutes les pistes (en musique baroque)ont déja été explorées, il devient difficile de se faire un nom"L'interprétation n'est-elle qu'un question de "pistes"?
- "c'est l'élève qui travaille on le laisse faire"
- la beauté ne s'enseigne pas
- "l'orgue a plus de personnalité qu'un clavecin. Vous pouvez bien jouer sur un mauvais clavecin"
- "je déteste le piano-forte""voila pourquoi je n'ai pratiquement pas joué de Mozart, 2 disques"
- "je n'aime pas Beethoven, la 9ème symphonie est ratée, l'Ode à la joie est vulgaire"
- "Schubert a fait des choses si primaires, si grossières" A propos de Schubert "je n'aime pas ce qui est sentimental"
- le violoncelle baroque et la viole de gambe ont un répertoire si limité "on ne peut pas vivre avec cette petite chose"
- "les musiciens baroques ne cherchent plus, ils ne sont plus curieux"
- "Je ne prend pas de plaisir en jouant" "Vous ne pensez pas à la beauté de ce que vous jouez. Elle est pour les autres pas pour vous"
- démocratie=vulgarité

Alors d'accord / pas d'accord? Quelques avis???

#21 Re : Cours » William De Blaise:demande de renseignements » 17-11-2007 01:00:42

Ca me rappelle un dépliant de l'exposition de Brugges dans les années 75, la photographie d'un des clavecins était à l'envers!

#22 Tables rondes » nouveau recueil de pièces contemporaines pour clavecin » 15-11-2007 23:41:01

Elisabeth
Réponses : 1

Laure Morabito va rougir parce qu'elle est modeste, mais le dernier recueil pédagogique qu'elle a publié est extrèmement bien à plusieurs titres:
- les pièces sont belles et intéressantes et de compositeurs de premier plan (Ton That Tiet, Mantovani, Pauset, Gagneux, Essyad..j'en oublie qu'ils m'excusent)
- elles sont courtes et destinées au 2ème cycle (éventuellement 3ème pour les élèves timides sur ce répertoire)
- on attendait un tel recueil depuis très longtemps. J'espère qu'il y en aura d'autres.

Pour la diffusion du répertoire contemporain pour clavecin, pour la sensibilisation de nos élèves à cette musique, ce travail est à souligner et encourager

CLAVECIN XX-XXI       edition H.Lemoine

#23 Re : Cours » William De Blaise:demande de renseignements » 15-11-2007 23:18:38

J'ai vu un des instruments en question d'Huguette Grémy-Chauliac dans un dépot de meubles de particuliers il y a quelques années. Que ce soit pour un an ou une semaine ne change rien au problème, il était totalement injouable, avec effectivement des détails de facture que j'ai oublié mais qui faisaient qu'aucun facteur n'aurait eu envie de, ou pu, travailler dessus! Quant à la revente...
Le prix demandé pour celui-ci est inquiétant aussi!

#24 Re : Divers » partitions bach » 13-11-2007 22:59:26

Bonjour.
Les meilleurs plans me semblent
1 - edition Dover. C'est me semble-t-il la copie de la 1ère Bachausgabe. Il y en a une nouvelle mais il n'y a pas tant de différence. Rapport quantité/prix imbattable en papier.
2 - le téléchargement internet. Tout Bach tient sur un CD mais je n'ai pas le site

#25 Re : Divers » recital hantai menerbes 14 octobre » 18-10-2007 11:36:55

Tout le monde parle de Leonhardt dans cette discussion, mais seul Michel Louet l'écrit
correctement!!
Le sujet est-il l'héritage de Leonhardt ou les concerts de P.Hantai?
La "technique hollandaise" (on peut en discuter maintenant que le temps a un peu passé) ou l'attitude de P.Hantai vis à vis des concerts et du public??

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB